CHEMINS DE NULLE PART


Forest girl

CHEMINS DE NULLE PART

Le p’tit bonheur au pied de la cheminée est las, souliers usés. Les noëls commerçants à force de tire-botte l’ont délacés en laçant le nerf de la fête. Il y a tous les trous qui s’agrandissent dans les cartons de Barbarie, Qu’est devenu le Nord ? Du berger reste-t-il que de l’ô vain ? Le troupeau semble s’agrandir pour que les vagues les plus imprécis moutonnent dans l’amer.

Vincent, quand je vois Soulages et son outre-noir je comprends qu’aucune réponse ne pourrait être plus signifiante.  A tous égards.

Toi la Fête au sens le plus sacré, ta vie, la misère dans tout le cri de ta souffrane. L’autre et son deuil de tout, du moindre sentiment, désabonné du coeur un must de réussite, un puits à fric, un modèle de société.

Les chemins de nulle part ont encore avancé, ils ont aujourd’hui des GP pour conduire plus sûrement à la perte.

Heidegger tu es de mes paysages. Je vois les m’aime choses que toi quand je me penche à la portière de l’homme.

Comme j’aime ce qui n’émane que de son essence abyssale !

« Dans l’obscure intimité du creux de la chaussure est inscrite la fatigue des pas du labeur. Dans la rude et solide pesanteur du soulier est affermie la lente
et opiniâtre foulée à travers champs, le long des sillons toujours semblables, s’étendant au loin sous la bise. Le cuir est marqué par la terre grasse et humide. Par-dessous les semelles s’étend la solitude du chemin de campagne qui se perd dans le soir. A travers ces chaussures passe l’appel silencieux de la terre, son don tacite du grain mûrissant, son secret refus d’elle-même dans l’aride jachère du champ hivernal. À travers ce produit repasse la muette inquiétude pour la sûreté du pain, la joie silencieuse de survivre à nouveau au besoin, l’angoisse de la naissance imminente, le frémissement sous la mort qui menace. »

« La toile de Van Gogh est l’ouverture de ce que le produit, la paire de souliers de paysan, est en vérité. […]
Dans l’oeuvre d’art, la vérité de l’étant s’est mise en oeuvre. »
Texte de Heidegger Les souliers de Van Gogh
Extraits de Chemins qui ne mènent nulle part (Gallimard). Heidegger

L’étant : la couleur intrinsèque.

Toi, tu es là ma Muse

je t’embrasse de couleur plus tes bouches et ma sanguine

voilà comme un bleu qui en sort

Bon Jour l’Amour

je peins en phrases à doigts de chats mots

enfoncés dans le poil

Niala-Loisobleu

7 Septembre 2015

Isorropia