LES MATINS POUR SEOIR


tumblr_nkxxovfBI81tzyypbo1_1280

LES MATINS POUR SEOIR

Elle libère ses bras. Des doigts elle se dirige vers l’entrebaillement du jour à peine levé

Hormis l’horloge

et son hoquet perpétuel

aucun son ne se déplace.

-Ah oui encore des chatouilles derrière mon oreille, dit-elle

accolée au rai passant sur le seuil.

Un train a du passer

Où ?

Peut importe puisqu’il ne s’est pas arrêté

Au fond de l’alcove les draps frissonnent

les chaises se reserrent autour de la table

trois gouttes vont du robinet à l’écoulement de l’évier

Le pain lève

Elle essaie de me toucher, j’ai senti ses cheveux éventer le mot retenu

alors je laisse ma pensée marcher à quatre pattes.

Les tomettes libèrent le souvenir des pas de danse

devant la cheminée où l’odeur des braises tient au bout de la crémaillère

quelques musiques de sabots accrochées à des grelots

faisant la ronde sur les paupières.

Les tableaux ne cessent de conter d’un mur à l’autre.

Indéfinissable la certitude se passe des questions

tout comme aux vitres les rideaux frémissent alors que les fenêtres sont closes

la présence se manifeste dans un vide apparent.

L »amour ne lâche pas prise.

Niala-Loisobleu

28 Juillet 2015

539885