NU D’ETE


f2ecfe54f38c1e980687bbe15a1956a6

NU D’ETE

La mer rampe  sous le feu

les mâts des bateaux en panne d’érection

perdent leur fonction d’étais

laissant d’un seul coup

le ciel s’étaler de tout son long

Derrière la ligne de protection de la pinède et loin des parasols

nous avons fui les relents d’huile solaire

Un atelier naturel

libère nos corps des linges superflus

Au pied des chassis-nus

et contre le chevalet

nous avons posé nos yeux dos à ventre

jJe ne suis venue pas au bord de mer pour photographier le chant des mouettes

quand tu m’as dis viens on sort

j’ai compris qu’il ne s’agissait ni de la serviette et du roman de l’été

mais bien de nos pores qui avaient soif de sel

Ils se balancent

ils jouent

au beach-bisous tes seins

mon Coeur

c’est moi qui sers

et smasche en y mettant tout l’effet désiré

Ne bouge que d’une hanche à l’autre

un oiseau blanc se dresse sur ses grandes pattes

Sorties des iris de l’étier tous les ocres de rouille sanguignolent de bon coeur

te peindre ainsi

est un motif d’engagement dans le corps de ballet de la folie

ça coasse sous la touffe de la fourche du sourcier

La chaleur attise les tons

du vent éteint

l’ombre s’avance

complice

Nous nous avalons en mouvements d’ambles

sans faire peur aux chevaux qui lissent leur crin à l’herbe folle

à deux pas un couple de cigognes

en noir et blanc prend les mains mortes

qui émergent du sable blond

pour en faire des nids à oeufs

Niala-Loisobleu

22 Juillet 2015

e888908f388c983c0a2dd3d671459b07

https://www.youtube.com/watch?v=OH5dP31yQVQ