TOI, MON EXTRAORDINAIRE VIE


11754947_909807912398455_2765457730552415543_n

« Les destins guident ceux qui les acceptent. Ils traînent ceux qui les refusent. »

Carl Gustav Jung

Peinture de José Jopay juarez

TOI, MON EXTRAORDINAIRE VIE

D »emblée, le premier piquet qui tend le fil sur lequel, Toi et Moi marchons, nous est apparu si loin qu’immédiatement nous avons su, qu’entre lui et le second, le vide de ce que nous ignorons serait plein de réponses à devoir apprendre à lire, à comprendre du bon côté.

Est-ce que nous existons en réalité ?

Je dirai oui et non. Il y a la « vie ordinaire » et la « vie extraordinaire ». La première est surpeuplée. Tellement de terriens que le nombre d’habitants peut à lui seul répondre à l’absence de vraie vie. Plus d’air étouffe tout ce qui ne peut exister sans lui. Le Poète l’a compris. Il sait que le monde où d’aucuns se prennent pour se qu’ils ne sont pas, ou avec amertume, pour ce qu’ils auraient voulu être, est un mirage qui fait courir plus de chameaux que de chiens. Reculer pour éluder la simple pensée d’être mortel est un aveu refoulé de faiblesse. Toutes les déviances prennent leur source sous ce masque. Et les morts-vivants croissent plus vite que les autres.

Tiens bon la rampe mon Amour. Oui ça dérape plus souvent que ça glisse comme le petit Jésus.

Tu es l’expression de mon art. La Muse, l’essence de tout ce qui est à deux venir.

Notre destin c’est de nous être rencontrés au point de fusion d’un désir d’être à qui la volonté avait fait défaut d’une certaine manière.L »Absolu. Le carrefour entre les deux piquets. Confluent de nos deux lits. Delta de nos forces régénératrices. Alluvions de nos cultures, ne l’écopons pas, vivons-le par volonté..

L’expression picturale sur laquelle et par laquelle j’exprime, je me prononce, a marché durant des étendues élastiques plus figuratives,que poétiques au sens de l’abstraction concrète de l’Absolu vers lequel elle tendait sans parvenir à l’atteindre.Le temps impose son mélodrame en déversant son sablier. qui enlise Le tic-tac se fait Pavlov.On est à cloche-pied en demeurant inaccompli On devient bof sans s’accepter.Tellement le matériel devance le spirituel.

L’amour pourquoi ne fait-il jamais de réel compromis ?

Tout simplement parce qu’il n’est pas représenté autrement que par nôtre Âme.Il est rayon pas réceptacle.

On ne peut que transcender tout ce qui se greffe autour pour en connaître la réalité. Il appartient sans équivoque à nôtre vie extraordinaire. C’est une graine que nous ne pouvons que resemer en permanence, pas un « produit » dont on va exploiter toutes les formes de transformation..

Toi qui est mon destin, je te vis en intégralité par ton fond et dans tes formes dont la variabilité est l’adjectif.. Tu es mon image du Beau Le Beau est l’expression du silence. Je te vis dans l’apport continu de la couleur, de la créativité, par mes pinceaux, mon Amour, tu es la toile où j’enfonce mon cris, dans toutes ses expressions d’écriture.

Niala-Loisobleu

21 Juillet 2015


Siegfried Zademack - Tutt'Art@ - (32)

CABANIERES VEINULES

Instinctivement je cueille une mèche à ton front

curieusement tu fouilles derrière

dans ma nuque

pour trépaner le casque

de l’ogresse armure

ce désir
remue
et retourne de ton émotion

à mes cordes sensibles

poitrines battant la chamade
pour trouver ce peu de terre humaine
où sont restées les marques des courses animales
passées au travers des pierres
disséminant ici et là
faines et glands
Sans demande des lèvres
la nuance insère la teinte de la vibration
au blanc no man’s land
poussant la couleur intérieure a se prononcer
Le silence change de portée
nous amenons nos doigts au coeur de l’herbe a tresser des paniers
La gorge en feu le soleil irradie les vases de verts maraîchins
les lentilles gardent notre reflet au secret
le temps d’un nuage transbordeur
Aux frémissements désordonnés de tes seins
mes lèvres attrapent la cadence
je ratèle ton ventre de mes dents
pour retenir la senteur de ton creux
L’arbre surgit de temps de poussée
mirliton dépliant sa musique
aux extrémités de ses bras
tranquille
insignifiant
telle cette force qu’aucun pouvoir tramé ne saurait avoir
Un témoignage sans droit de gage

Nous émergeons des nasses

la cage de métal peut rouiller

je suis en nage dans ton aquarium

pubien ne peut nous faire du mal

te voilà nue sur la toile

Chante virginale !

Niala-Loisobleu
22 Juillet 2015

20101029_a_quest_for_beauty_by_temporary_peace-600x600

https://www.youtube.com/watch?v=dt8XxrRLUnk