LE PETIT BLEU


561400cff702bc0d4d4bfedb5cd70ad5

LE PETIT BLEU

Quand il venu au monde

c’était encore la cosmogonie

qu’on disait à l’école

un bout d’argile qu’une poterie d’ancien avait laissé à suivre

à côté de ses ô

sous une pierre à feu

accompagnée d’un dessin sur la roche

Des sanguines que le bison avait pas retiré de l’odeur originelle

ça courrait de partout

sans qu’une promo en soit prétexte

Du cheval en veux-tu en voilà

crôtinait cahin-caha

en dehors de tous commerce du géranium

Faut dire que tant de fleurs sauvages peuplaient les chants d’oiseaux

que l’idée funeste du fric ne pouvait pas venir à l’innocence des nudités

Les dames avaient leur fourrure naturelle

les môssieurs l’aqueux du piano en bretelles

qui faisaient la tripe sans besoin de mode de quand j’s’rai riche

Des millions d’années

et toujours le Sud chantait Nino

avant d’aller se perdre

dans un m’aime champ de blés

que Vincent dans le Nord

Pan

Les corbeaux noirs à deux coups ça fauche la Beauté sans pitié

A l’aube

quand y reste un quartier de lune dans un levé de soleil

avant que les prédateurs sortent de la digestion

le Petit Bleu

poursuit son chemin

pour éloigner ses petits-frères de l’amer

en criant

dans le muet des temps modernes

nous sommes vivants…

Niala-Loisobleu

12 Juillet 2015

f882bf273288279574b2d2d97c991ccf