AU FIL DE L’Ô


pose-6

AU FIL DE L’Ô

Pris entre les petits-bois les yeux des fenêtres clignent des carreaux. Je sais ta présence mais ne donne pas quitus au rideau qui nous opaque. La transparence qu’il affiche retient trop du vécu des instants sans jambes.C’est court la vie. En laisser s’égarer l’essentiel n’est pas donner l’avantage à juste ce qui compte.

Au bout du couloir la jetée marque le seuil entre le non-dit et le cri en vol des oiseaux. Un peu comme le bec de cane et le bec de gaz, tous les deux ouvrent tout en pouvant demeurer fermés, selon le sens du tissage et le croisement des fils. Tant de jours ont tirés la laine que le nombre de pelotes fait un immense troupeau de moutons. Mais l’accent du premier jour demeure, plus appuyé en même temps que défait de ses impuretés de jeunesse.

Le lointain dans le fond, quelque soit le bout par lequel on le regarde, est toujours ce qu’il y a de plus près. Les mains tendues vers l’espoir en continu, le rapprochent comme une condition humaine palpable.

Avant que tes cheveux ne deviennent aussi longs et épais qu’ils sont aujourd’hui la blondeur de leur transparence était signe d’une accointance solaire. Au point que, sans doute dans un réflexe de survie, tu les teints ocre brun pour laisser la couleur originelle à ton intime. L’authentique se fait rare, devenant d’autant plus précieux. Un lien fort tenu secret comme l’offrande à l’autre.

Quand les doigts dessinent nos prières, ils sont du m’aime crédo sans recours à une croyance autre que celle qui les noue de la même bague. L »amour ayant sa Lumière dans ce qui constitue sa propre forme.L’énergie puise son rayonnement au noyau unique né des deux âmes pou l’essor des propres personnalités.

A la crête de nôtre vague nous puisons nôtre part de sel…

Niala-Loisobleu

6 Juillet 2015

phoca_thumb_l_14

https://www.youtube.com/watch?v=WGpl1Utbqzw