PIERRE A FEU


704b4ca5afff64c69d930dcd4f4c019d

PIERRE A FEU

Etaient-ils partie osseuse, dorsale d’une à l’autre rive

ou peut-être centre nerveux

horloge du sentiment ?

La question est ouverte

peu importe la réponse

le courant qui en découle

ne souffre pas le moindre doute

ces deux là quoi qu’ils laissent à voir

se montrent bien demandeurs de l’intime contact

quoi qu’ils disent

se nouent bien la langue aux baisers du madrigal

La corde à noeuds de la divine comédie refoule l’affect

inhibant l’intime conviction vers la retenue

Le vent qui couche à tort soudain lève à vouloir

Foin des herbes sèches

la rosée bruine

les lèvres dégercent de l’angelure

La corolle retourne sa peau

l’écrin libère sa perle

le coquillage irisé se détartre de la prise calcaire

Entends-tu les frissons de la nature

porter le chant des oiseaux

plus haut que le grave des basses du crapaud ?

Non ce n’est pas la reptation du refus qui remue le sol

c’est la sève qui est sortie des racines qui pousse à se donner

Le pour et le contre

ont trop longtemps balancés entre deux eaux

Les seins en ont assez de jouer au ballon prisonnier

ils veulent crier

comme le ventre

aux rouleaux de la vague

qui fait glisser le maillot au large

par l’étincelle de la pierre à feu…

Niala-Loisobleu

5 Juillet 2015

ff

https://www.youtube.com/watch?v=MeXS8S3ftwU