MA M’Z’AILES GIGI


15 - 1

MA M’Z’AILES GIGI

Col blanc au ruban noué,

te voilà tout droit sortie de Colette,

pointes en semence sur la tapisserie  que l’haleine de ma pensée tisse.

Quand le bout de mes doigts,

liés des poils aux rêves que mes nuits ont voulues garder à mes jours

se mettent au clavier,

tu ne m’inventes que ce bruit de sel que déhanche l’océan.

Pas besoin de canot pour flotter,

tes seins m’ont appris la plus longue traversée

avant m’aime d’avoir pensé à nager.

Tu serais loin, qu’en corps plus près,

j’aurai la chair de poule à laisser mes yeux s’émouvoir.

Peut-être que le cap nous attend au creux de la crique

avec les deux mains ouvertes.

Peut-être que le pont s’est fait à l’idée du levis

Peut-être que là où la lune se meurt de rencontrer le soleil,

l’allumeur de réverbère est en train de monter à son échelle

Quoi quil advienne,

à part

Toi

il n’y a personne

Tu ressembles à mon enfance comme cette ficelle qui savait tout faire d’un bouchon, d’un morceau de bois, d’une craie, d’un caillou à pierres, du son de l’encre, écrin rose et coquelicot brun près de l’autre,

, l’instant des yeux dans les mains de la prière.

De l’amour sans retour en arrière…

Niala-Loiobleu

4 Juillet 2015

7-Russian-nicolai-kochergin-the-flying-ship-Fantasy

https://www.youtube.com/watch?v=XkZvyA69wCo