A LA JOUE DU VENT


A LA JOUE DU VENT

Comment séparer la courbure de l’herbe de la couleur du grillon ?

Quand l’un chante l’autre peint à jets d’encre sur les traits de mes rêves, au gré de la feuille que l’arbre libére de sa sève

– alors que dans la chambre je peux être sorti sans l’avoir prémédité – i

l faut dire que j’aime m’habiller en fenêtre.

Un jour me disais-je enfant, tu ne tiendras pas compte de tes culottes courtes,

tu demeuras le cœur dans la main de l’enfant de ton âge qui a grandi sans ôter ses rubans,

les pommes aux joues,

espoir devenu dans la lueur de ses yeux.

  

Dire qu’Elle a des couleurs qui ont sues résister au désaveu du faux-éclat, n’a que vocabulaire intraduisible.

Comment et pourquoi je peins ?

En voilà une question à laquelle je ne peux répondre.

Il y a longtemps j’ai franchi la barrière de l’ailleurs,seulement conscient que si j’avais dû donner des papiers je serais resté en arrière. Je me souviens seulement avoir remarqué ce signe avant-coureur chez mon père. Sans doute certainement de l’atavisme.

Tout comme cette façon d’aimer que je tiens de lui.

Toute à part d’une logique terrienne. Il m’a induit la manière d’apprendre.

Le savoir du coeur.

Entre la distance planétaire qu’il peut y avoir entre deux regards,

nous avons mis le raccourci de nos doigts, semblables aux branches d’arbres séparés,

qui ne font jamais tomber l’oiseau alors qu’il se pose sans se préoccuper du changement d’essence.

Dans le fond je pense que c’est l’entité relevant de l’alchimie naturelle de l’amour.

Tiens me vient l’odeur sortie du terrier, portée à dos de fourmis.

Ça s’imprègne aux pailles de son fenil,

comme dans la psyché où le derrière de son miroir est toujours à la surface de l’eau.

Bleu cils l’arcade ouvre une perspective surmontant l’impossible.

On est pas destiné, on naît à se modifier…

Niala-Loisobleu

31 Juillet 2015

ERRE A T’HOMME


Matthieu-Bourel-Collages-2

ERRE A T’HOMME

Il m’est paru,

dans la presse,

qu’à réfléchir trop on déraille

plus et d’avant âge

quand

dans la locomotive le mécanicien est plus fantôme que le train

Ainsi parlait z’haras tousse gras, le cheval qui me sert des talons quand ma folie se lâche

Alors je sors des grilles

des murs

des enceintes (excepté les parturientes)

des haies pleines des pines contaminées

des préjugés bourges

manières de saintes-nitouches

positions non reconnues par le kama-sutra

statistiques en tous genres et sermons d’obédiences

particulièrement les fausses-promesses qui font la loi

et

tout ce qui fait prothèse

(faux-culs, faux-seins, faux–bois, faux-marbres, faux-soyeurs, etc….)

Lorsque la question d’où que je viens se glisse entre le d’où que je vas,

se pose

je me chante du grand Jacques sur une musique de Gauguin,

à l’abri sous les Marquises qui vont tout bien

Puis corps élancé dans un esprit de sel, je plonge dans le noir pour en ressortir

plus bleu qu’un fromage

tout puant

ben coulant

pour que l’époisses en reculent battues sur leur propre terrain

Je suis heureux d’un ensemble de malheurs

mécréant plus croyant qu’un prêche ne remplacera jamais un acte

Mon erre heur

en bande houlière  je vas éjaculant d’encre d’échine

Ô mon bateau, ô mon Capitaine

la vie je l’avale et bien…

Niala-Loisobleu

29 Juillet 2015

alex-alemany-6

https://www.youtube.com/watch?v=sBo7OaFpHIg

LES MATINS POUR SEOIR


tumblr_nkxxovfBI81tzyypbo1_1280

LES MATINS POUR SEOIR

Elle libère ses bras. Des doigts elle se dirige vers l’entrebaillement du jour à peine levé

Hormis l’horloge

et son hoquet perpétuel

aucun son ne se déplace.

-Ah oui encore des chatouilles derrière mon oreille, dit-elle

accolée au rai passant sur le seuil.

Un train a du passer

Où ?

Peut importe puisqu’il ne s’est pas arrêté

Au fond de l’alcove les draps frissonnent

les chaises se reserrent autour de la table

trois gouttes vont du robinet à l’écoulement de l’évier

Le pain lève

Elle essaie de me toucher, j’ai senti ses cheveux éventer le mot retenu

alors je laisse ma pensée marcher à quatre pattes.

Les tomettes libèrent le souvenir des pas de danse

devant la cheminée où l’odeur des braises tient au bout de la crémaillère

quelques musiques de sabots accrochées à des grelots

faisant la ronde sur les paupières.

Les tableaux ne cessent de conter d’un mur à l’autre.

Indéfinissable la certitude se passe des questions

tout comme aux vitres les rideaux frémissent alors que les fenêtres sont closes

la présence se manifeste dans un vide apparent.

L »amour ne lâche pas prise.

Niala-Loisobleu

28 Juillet 2015

539885

PIGMENTATION


15 - 1

PIGMENTATION

Velours rouge rapé, les rideaux de mon ciné paradiso sont allongés sur le dos des fauteuils.

Dans la cabine un bruit d’abeille rûche, au bout des faisceaux, les yeux émerveillés d’un môme tiennent par la main le sourire d’un vieil homme.

Dans les rues vides, c’est le long des murs que l’histoire fait l’affiche.

Contraste du tant, le bonheur ça part plus souvent d’un malheur que du bon sentiment.

Les guerres de mon grand-père + les batailles de mon père, ça fait une maman qui élève avec force absence et une grand-mère là, qui apprend mieux qu’aux écoles les leçons de la vie.

Entre 14 et 18, 39 et 45, y avait eu plus fort: 36. La guerre civile espagnole et la guerre sociale

en nouvelle gaule.

Tu sais pas dire encore, mais tu sens.

Tu sens que couleurs et odeurs sont en train de basculer.

C’est l’instant où j’ai choisi tout petit d’être grand afin de demeurer un enfant jusqu’au mot fin.

J »ai joué à savoir, à comprendre, sans compromis, poussé par la curiosité saine d’aller au bout de cette admiration que des hommes simples m’inspiraient.

Le tout dans le respect du mystère du bonheur qui ne se pose pas les mauvaises questions.

La souffrance issue de la guerre, forge, cimente, bétonne l’humilité.

Affute le désir de vivre,

Développe la notion de fraternité.

Place dans le concept même de l’amour.

On crée par nature.

J’ai vu les terres reculer sans que les chevaux les aient tirés.

Là où les hommes se sont attelés il n’y a plus que boulimie du profit.

L’évolution s’est retournée, le confort a ouvert les portes du désert de l’indifférence.

A MOI, A MOI, A MOI

aboient des chiens empaillés dans la meute des chasseurs de prime.

Tu sais telle mon arbre, tu es sève, racine, nid, poumon, sein, musique de l’instrument du vent, échelle à oiseaux, pique-nuage, accroche-bleu, cerf-volant, fenêtre sur le plus loin…

Toi mon Ooeur, caillou, écume, ru, fleuve, estuaire

où la couleur que tu m’allevines

vient s’aimer au large de l’océan

sautant l’amer obstacle de l’égo.

J’ai que grandi dans mon âme

j’ai resté tout petit dans mes culottes

 je vois de plus en plus clair avec mes yeux qui s’usent que sur l’extérieur.

De  doigts d’encre je te peigne mon Amour.

Reste belle

Niala-Loisobleu

27 Juillet 2015

5d0a7583c40fc0af4cdecfbff6ec8057

https://www.youtube.com/watch?v=GFpbSn4PUJ0

LE MURMURE DU TANT


LE MURMURE DU TANT

Harassé le milieu du champ penche du tourne sol, un sol qui a fondu dans le cadre extérieur des cartes postales envoie ses bons souvenirs – ne reste plus que le secret bien gardé par le fond du sentiment- l’étalage n’a plus que du délavé en vitrine.
Mes pieds allaient d’une aiguille à l’autre bien à l’abri des tricots fait machine. Le peint résine dans un domicile abrité ; loin dans l’anse où ne mouille pas la marine à cheval mais le corps de la pensée. Vivace comme une pugnacité qui se fait pas un film avec le bon heur.
Oh, il y a eu un coup de vent, la jupe en soulevant l’orée de tes cuisses mon Bois d’Amour, m’a fait danser les fruits nus du verger, Pleins comme jamais de ce qui n’a rien d’ordinaire, de superflu, d’artificiel, de colorants, non, que de la pulpe d’âme, Suc émouvant de la chair d’amour.
Allez ne vous retenez pas derrière un éboulis de mur, pierres infécondes, jetez-vous plein dehors mes larmes, chaudes comme le sensible qui s’arrache de la fausse pudeur,
Le quotidien fait son tapage, il peut faire son clinquant ; derrière la porte bleue tout est nimbé de silence
Les pièces ont des tables de ferme, du solide, où des générations d’humains ont transmis la sève en s’emboîtant dessus comme des couverts qui font le repas de noces à l’éternel,
Jamais depuis si longtemps (presque une révolution entière) le vent n’avait pas vidé les poubelles de leur tri, Il fait un temps à la pluie de sel. Le vélo en trépigne.
Au bord de tes cheveux, ton sourire aujourd’hui monte du sillon profond de ta poitrine, entre les fossettes de tes aisselles, mon Coeur, tes aréoles en pincent un sacré bout pour la pensée manuelle ,
Si tu vois la palette de la mienne, tu ne pourras ignorer le parfum des salines, La cabane chantonne un air de baisers tout en rythmant du pied le flux que les vagues posent à mes mains gourmandes.
Je te peins comme la vie qui vit, tout simplement…

Niala-Loisobleu
26 Juillet 2015

UN PONT DE TROP PLUS LOIN


f8a61af6d1c6412ca5697d4d23ad88c5

UN PONT DE TROP PLUS LOIN

Marennes

est là au centre du rond point

que de la cabane

je vois l’aqueux sécher la traversée

par la grâce d’un troupeau de tracteurs

paissant à l’horizon du

Château

qu’on voit que du côté continent…

Non de Diou ça sent la jacquerie

en Moëze-Oléron,

tout comme s’y on était dans n’importe lequel

des quat’coins de l’ex-agone-hie…

Mon pote le Gitan y m’dit p’têtre qu’on va revoir le bac

Ce s’rait temps lui je rétorque du tac au tac

tous ces trucs bidons qui servent qu’à faire de la désintoxe pour noyer le poisson

Ce pays bâtard d’un couple des Lumières

s’engloutit

au faim fond de sa décadence

et fier par-dessus ça d’être tête de liste de l’union, dont la seule force est de piquer du pognon

à ceux qui n’en ont pas pour engraisser ceux qu’en ont trop

Oh t’inquiètes, me fait le Bouffi, nos Valls-soeurs vont nous rebleuir le Danube

avec une nouvelle loi anti-anti-anti-anti-anti-anti-anti…quittés…

Si j’avais été un autre, sûr, je s’rais resté coi

Mais coi con dise j’ai de la répartie

Donc j’opine (un truc que je tiens de Dupanloup) et je pisse à l’arrêt du fol de l’agri-cul-dur

Ok

surajoute-t-ai-je

on laisse les reposés rentrer et les fatigués passer

le temps que les locataires du voisin marchand d’huîtres, posent les valoches et reclouent la terrasse et on répand le laid un peu plus…

L’hue gnon fait la soupe, à preuve Conne-benne-dite, qui en 68 a foutu le feu à l’ordre public, pour finir député européen, qu’on s’en remettra jamais…

Pôvres de vous à qui les promesses font acte…laissez pas trop longtemps vos yeux fermés…au cas où vous semblez l’avoir oublié…vos enfants vous les avez mis au monde…

Niala-Loisobleu

25 Juillet 2015

Kon Michiko

NU D’ETE


f2ecfe54f38c1e980687bbe15a1956a6

NU D’ETE

La mer rampe  sous le feu

les mâts des bateaux en panne d’érection

perdent leur fonction d’étais

laissant d’un seul coup

le ciel s’étaler de tout son long

Derrière la ligne de protection de la pinède et loin des parasols

nous avons fui les relents d’huile solaire

Un atelier naturel

libère nos corps des linges superflus

Au pied des chassis-nus

et contre le chevalet

nous avons posé nos yeux dos à ventre

jJe ne suis venue pas au bord de mer pour photographier le chant des mouettes

quand tu m’as dis viens on sort

j’ai compris qu’il ne s’agissait ni de la serviette et du roman de l’été

mais bien de nos pores qui avaient soif de sel

Ils se balancent

ils jouent

au beach-bisous tes seins

mon Coeur

c’est moi qui sers

et smasche en y mettant tout l’effet désiré

Ne bouge que d’une hanche à l’autre

un oiseau blanc se dresse sur ses grandes pattes

Sorties des iris de l’étier tous les ocres de rouille sanguignolent de bon coeur

te peindre ainsi

est un motif d’engagement dans le corps de ballet de la folie

ça coasse sous la touffe de la fourche du sourcier

La chaleur attise les tons

du vent éteint

l’ombre s’avance

complice

Nous nous avalons en mouvements d’ambles

sans faire peur aux chevaux qui lissent leur crin à l’herbe folle

à deux pas un couple de cigognes

en noir et blanc prend les mains mortes

qui émergent du sable blond

pour en faire des nids à oeufs

Niala-Loisobleu

22 Juillet 2015

e888908f388c983c0a2dd3d671459b07

https://www.youtube.com/watch?v=OH5dP31yQVQ