Fermer

LABEL BOIS-DORMANT



LABEL BOIS-DORMANT

art_conceptual_photo_terasaki_11

LABEL BOIS-DORMANT

Lombaires en marée montante,

la colonne aux dunes, je revertèbre sa présence

aux mouvements du ressac.

Nage un rayon de lune

une écaille qui maille

zébre les profondeurs

d’une lame tranchante

Crois à l’amour, même s’il est une source de douleur.

Ne ferme pas ton coeur.

Non, mon ami, vos paroles sont obscures, je ne puis les comprendre.

 

Le cœur n’est fait que pour se donner avec une larme et une chanson, mon aimée.

Non, mon ami, vos paroles sont obscures, je ne puis les comprendre.

 

La joie est frêle comme une goutte de rosée, en souriant elle meurt.

Mais le chagrin est fort et tenace. Laisse un douloureux amour s’éveiller dans tes yeux.

Non, mon ami, vos paroles sont obscures, je ne puis les comprendre.

 

Le lotus préfère s’épanouir au soleil et mourir, plutôt que de vivre en bouton un éternel hiver. .

Non, mon ami, vos paroles sont obscures, je ne puis les comprendre.

 

Rabindranath Tagore (Le Jardinier d’amour)

L’ardoise délitée couvre le dessus de ma chambre,

aux craies les vignes s’encalcairent

d’un cru verre bistre de maux croisés

indéfinis par des larmes d’or

Vas et ouvre les rideaux de l’horizon,

là, ici, quelque part,

nous sommes noués,

d’un noeud de bras

aux poitrines des grands espaces

nous finirons par tomber dans l’unique haleine

de ce baiser qui sort du sommeil

Niala-Loisobleu

31 Mars 2015.

Morbidus Delirium III by Olilemulotcarnivo

Revenir en haut
%d blogueurs aiment cette page :