LANGE BLEU


 LANGE BLEU

Mieux plus près

 Un pied dedans l’autre

Entré par la corde chantante

Feuille puisant à la racine

Je sève jusqu’au sel

Murmure du souffle

A la fourche du sourcier

Lombric à soie

Echappé du cocon

T’apprendrai-je par la barbichette ?

Dans l’idée de propulser le geste

Aux cales du pore

La torsion trombone en touche soprane

Roule fluxion gémissante des poutraisons

Là au lit de cet estuaire qui pleure en delta

J’oublie que je ne suis rien sans toi

Me penchant au garde-fou des nuages

Droit sur mes iambes

Tes seins comme deux soleils

En plein visage

Les demains au travail

Aboyant sur les caravanes en files d’attentes

Dragon lance-flammes

Sorti du lange

Par la langue surréaliste

De ma boîte à musique

Niala-Loisobleu

25 Mars 2015