MI NANA Y YO


252800_vignette_15-kahlo-mi-nana-y-yo-ma-nourrice-et-moi-1937Mi nana y yo (Frida Kahlo, 1932) –

Nous sommes transfigurés par ces laits qui coulent de toutes les sources

Pour manifester ses origines indiennes (son père était juif hongrois, sa mère mi-mexicaine mi-indienne), Frida Kahlo se représente dans les bras d’une nourrice au visage de divinité aztèque. Du lait coule des deux seins de la nourrice, mais l’un d’entre eux, celui qui arrive dans la bouche de Frida, est transfiguré : doré, tatoué de motifs végétaux. A l’arrière-plan, une pluie de gouttes de lait arrose des plantes tropicales démesurées.
La mère paraît angoissée, tandis que la fille (corps d’enfant, tête d’adulte) est dans une position ambiguë. Ce sein qu’elle suce n’est-il pas en même temps la voix qui sort de sa bouche? Car elle n’a pas l’air de sucer, elle a bel et bien l’air de parler. Ce bouquet doré n’est-il pas sa parole? La mère semble terriblement souffrir, comme si Frida avait réussi à transférer sur elle sa souffrance, tandis que Frida, elle, toute calmée, rassurée par la présence maternelle, peut parler. Elle parle grâce à la présence de cette mère souffrante, c’est-à-dire grâce à cet acte de peindre par lequel elle a restauré cette présence.

750154

Mordant les seins de la vie

la peinture tête ses cris

Echos des couleurs

la douleur jaillit

Exhorbitée

la toile

tend sa joue aux couteaux

sans l’autre

Niala-Loisobleu

17 Mars 2015


Justin Novak

ENTE DEUX PORTES…OU LES MEMOIRES D’UN GARDE-FORESTIER

Si cette odeur de bois qui se dégage dans le sillage des tondeuses avait manqué

aurions-nous su qu’autrefois ici poussait la pilosité de la forêt primordiale ?

Probablement pas vu les ravages causés par ces successions répétées de maux

aussi insanes que bêtes et méchants, proférés par les tronçonneuses

dans tout ce que la plus mauvaise langue à le pouvoir d’émettre.

Le style profondément marqué d’élégance, de bon goût et principalement d’esprit de sel, affadi à grand renfort de barbarismes qu’est-il devenu, où s’en est-il allé ?

A voir pencher la crête des arbres dans le souvenir hissé haut, le garde-forestier a tout de suite compris que c’était à la racine que les coups avaient été portés.

Il a trop remonté les essences pour n’avoir pas vu combien les grandes pompes avaient épuisé à tarir, la source phréatique qui avait eu besoin de tant de lumières pour napper le vocabulaire et la syntaxe sans introduction d’adjuvants et colorants dangereux.

L’Académie des Shadocks venait d’être fondée.

Il demanda a être reçu par le Grand Maître Françoué 2 qui siège sur le Derrick V

de la

Substance Originelle de la Cinquième.

– Très Illustre peux-tu me dire comment arrêter la déforestation de notre société et la néantisation de notre civilisation, demanda notre Garde au Sérénissime.

La Culture c’est ce qui reste quand on a tout oublié.

Quand on sait pas où l’on va ,il faut y aller !! Et le plus vite possible !

Ce n’est qu’en essayant continuellement que l’on finit par réussir.

Ou , en d’autres termes : plus ça rate, plus on a de chance que ça marche…

Si j’ente, donc je sort…

répétait sans cesse notre porteur d’écus pour la greffe , en s’en revenant de chez le roi des culs tout court. Dimanche va falloir pas que j’me gourre dans le greffon à foutre dans l’urne.

Y a tellement de brouillard dans cette campagne

qu’on risque d’enter un poteau télé graphique imitant

l’arbre de la Liberté…

Niala-Loisobleu

17 Mars 2015

Robert and Shana ParkeHarrison 6