ANATOLI


02-03-15 - 1

ANATOLI

Voici que par les déchirures aurorales disparaissent les dernières limbes

Comme les patères sont chargées

petit-gibus et grands chapeaux

croulent sous les houppelandes dégarnies de bruyères

Que d’habits, que d’habits sur les portes

un retour au nu

sans feuilles

remettrait aux nues

Tu sais tes longs cheveux au blond bruni par les suies

saurent ma langue autrement qu’un ha rangé en ligne sur une corde à linge tendue entre deux pièges à cons

T’as la peau blanche qui remet le tain du miroir des deux côtés

pile fessu et face engazonné en parfaite géométrie iso selle

Ici la vérité parle

Orient

parvis

rai sous l’apporte

où je monte en nacelle tous les lests propres à nous élever

Pêcheur de lune reconverti en tailleur de pierre

tenu par la corde d’un cerf-volant moulin à vent ascensionnel

les grattes tapent de l’accorde

au guttural des voix porteuses de cris

pour gagner

Anatoli

en ouvrant le ris d’ô

Niala-Loisobleu

7 Mars 2015

By Christian-Schloe 4444