GRANDE MAREE


creatmer2-94e8daa7-9649-4da9-973d-ec1702e4539b

GRANDE MAREE

Entre deux-âges

hors de portée de Chronos

mon coeur bat la chamade

Alors que la lune jouait sur la balançoire

de Janus

le soleil l’a remis à l’endroit 

sur la portée des embruns

Les algues cernant ton visage tiennent les cerfs-volants de ta féminité

Crique sauvage ignorée du syndicat d’initiatives

Que de sel je t’entends

vivante

sous la protection des pierres

 

Cônes blancs épargnés des vases d’un remugle quotidien

parfum de ces purs matins

venus des sphères poétiques entre deux estrans

trouble perpétuel

tu brilles toute saline aux carreaux

d’une musique de 

Marin Marais

 

Serais-tu la dissolution spectrale de l’ombre portée

renvoyée dans ses foyers par le blanc unique

cette marque bleue que le derme garde

en attachement muet des cris d’une nuit à huit membres fondus en une entité

les tamaris courts battus

des roseurs de bruyère passant l’amer en contrebande

sur l’esquif du vent ?

 

Métaphysique 

tu es canon d’un ordre

étranger aux couvertures en papier glacé

Cette onde qui porte le silence avec la grâce de l’âme des échos

 

 Je m’en remets aux lèvres de la vague

jusqu’à l’écume des jours

 

Niala-Loisobleu

21 Février 2015

lumieres-3ae3d607-0df9-4d37-b073-8b459e1786d0