INTERIORITE


776606INTERIORITE

Le mur tend les bras à la toile, un cinéma où le peintre, enfin certains, n’entre pas. Pas de script, de preneur de son, juste moi en tant qu’âne, quel moment de tête à tête, et pour la cerise, rien pas une carotte qui achète l’inspiration.

Le paysage n’est ni devant, derrière ou sur un côté. Le motif est tout entier  à l’intérieur.

Tu peux poser ta pomme sur un torchon, quelques poires, une tabatière, une pipe, le tout sur la table tout contre la bouteille de bordeaux, quelques fleurs en papier-peint pour napper le mur du fond et c’est parti, la nature morte vit.

Je la laisse au musée qui se la voudra, j’ai quelques arbres qui languissent de couleur dans un hiver qui prend sn temps, plus blanc qu’une vierge où j’aurais pas en corps mis les doigts. Puis aussi du caillou en vraie pierre. Celui du chemin qui taille la route de ses voyages initiateurs. Ô la mer qu’elle est belle en proxiimité de Cayenne, le ruban fait taper la canne d’éclats joyeux de découvertes. Une âme d’apprenti, de gamin allant les bras ouverts au travail, si heureux d’apprendre le voilà mon tableau. Il est d’oiseaux toujours la plume à l’encre. De maisons s’étreignant comme des amoureux posés sur un banc de sable, entre deux mares, au bout d’un orin qui se tend pour que l’estran le gratte avec l’archet du vent. Les orgues plus performants que des hits-parades de cirque petits-bras. De la gueule il en faut pour que son silen ce soit entendu de qui il est destiné. J’fais pas dans l’info, j’suis pas du média, moi j’suis entier si j’aime j’lui prends l’cul à mains plaines, si ça n’est que du bidon, mes mains elles font giroflées.

A comme j’aime aimer !

Niala-Loisobleu

5 Février 2015

777281