CHAUDE LA PIERRE D’ÂTRE 1


CHAUDE LA PIERRE D’ÂTRE 1

Au clos où le pene gardait la porte
quelques broussailles de ton ventre
attendent à la barrière

J’ai les clefs
en stand baille

L’arrosoir percé a laissé sa paume
sur le coin de la margelle
seau collé dans la cire

Occitanie roule les maux hors de l’aire
que le fléau batte le bon grain

Que le cuir parfume mon alène
des chemins calcaires
où mes chaussures craie sur les ardoises
des flèches en piste

Cette couleur d’aboi sortie de tes entrailles
éclabousse le morne d’un liquide amniotique
que nos mains attisent
de la forge à l’enclume
Tu renaîtras de toi enfantée de mes forages répétés
Et tandis que nous les verrons s’entredéchirer
nous poserons la première pierre de notre traversée

Niala-Loisobleu
30 Septembre 2014