MAISONS SOLEIL 9


MAISONS SOLEIL 9

L’évent taille
la mauvaise baleine
de
l’avarié des chemins d’embûches
ça mue
peint pont
il y a urgence
a reboucher les fissures du plat fond

Elles ascensionnent est âge après et t’âge
par les marches d’escalier qui se montent à la corde dévoilée

Bonjour qu’à disent
grimpez-moi siou plaît avant que l’a régné métissée sa toile

J’en ai connu des soirs de jeûne à se vieillir le pendule à la seconde prête
au jeu de l’écartée
Nul besoin d’être savoyard pour ramoner sa fraise à la gâterie du l’ô taux
suffit d’avoir la tendance à se faire illusionniste
un lapin dans le chapeau
le coup tôt entre les omoplates

Elles s’appelaient j’ai la migraine pas ce soir une bonne nuit mon nounours
pas chez moi chez toit ya du feu dans les cheminées
Si t’as vu mon état moral
atèle-toi genre goût roux que ça prenne ou à laisser
Tu te souviens de mes pertes
ah oui je vois que t’opine en triste aime S.T.
toi qui gratte à scie cordes
du flamenco
te reste les grottes de bic pour écrire à l’ola
T’avais le pyjama facile sous mon ô rayé
adios que rideaux
basta
vas donc eh roulure
sous le sein gauche t’as qu’un bout d’plastoc
une vraie pute elle elle a du cœur

Maisons Soleil 9- 2014 – Niala – Acrylique s/toile 55×46

Arrache-coeur
les étoiles cassées jouent du bandeau néant le tango des chefs-de-gare

Du ventre de la montagne un jour de pluie pareil à un autre
dans la merde glissant son quotidien
j’ai entendu la voie d’une petite maison sortir d’un fond de cave
dépliée d’un vide-grenier
brocante de faux-sentiments dans le carnet de voyages
simple comme une odeur de fumier qui déteste les nitratres
timide
effacée
un éclat d’enfant à la prunelle
autour de la robe une odeur d’herbe coupée sortant du dessous
pûits aux doigts un voile de gaze brouillard à céder
Rien plus rien ça fait beaucoup de ciment à armer
pierre qui sans église se lâcherait flèche à faire des arcs
arc-boutée cathédrale nef d’amour courtois
au doigt un chevalier son cheval et son épais

Maisons Soleil
mes casbah méditerranéennes
fleurissent de la Lorraine
aux fontaines bleues
d’Alhambra
d’où les jardins s’envolent ailleurs
des lions crachant le soleil

Niala-Loisobleu
8 Septembre 2014