L’ENVOL DU BOURDON


185297

L’ENVOL DU BOURDON

Elle me fait bourdon comme tout un chacun, c’est rien que banal, seulement voilà le banal j’en ai pas fait ma vie, alors basta la cafarde ! Pourtant mon choix professionnel on peut dire, sans exagérer, que c’est pas la voix royale que certains berceaux offrent au départ. Les galères c’est pourtant pas destructeurs, ça porte à d’autres flots.

L’été est là, son lot de frime en place, comme d’hab.

Les musculeux  de la casquette d’amiral, vont rouler leur caisson sur les quais, sans avoir de bateau, ce qui vaut mieux quand on sait rien de la navigation, ils se tiendront tout contre les gros yachts qui ne quittent jamais le port, préférant montrer leurs pétasses à portée de quai quête. Sur le sable le combat de l’espace-serviette est ouvert. Attention danger l’amer remonte plus vite que la bonne humeur. Tous ces corps dans la friture d’ambre solaire, quelle splendeur, ils contribuent à embellir les vacances en compagnie des papiers gras, C’est cool, le bitume qui fond dans la fumée des pots d’échappements, vu la vitesse circulatoire, tu peux pique niquer t’auto-stoppeuse sur la banquette arrière, pendant que les enfants sont au club Mickey avec bobonne.

Et certains voudraient que l’Hollande remonte le pays-bas. Insensé, même pour un champion du lape suce. Ce serait pas juste que les vacances lui profite pas pour pousser la déchéance un peu plus loin. Jouez au sable, faites des châteaux, bordel mais ne lui demandez pas des contes, il en a marre de devoir vous répéter qu’il a confiance. C’est usant.

Alain Niala alias Loisobleu

16 Juillet 2014

184645