COMME ELLE EST LONGUE A MOURIR MA JEUNESSE – SERGE REGGIANI


COMME ELLE EST LONGUE A MOURIR MA JEUNESSE – SERGE REGGIANI

Comme elle est longue à mourir ma jeunesse,
Ma jeunesse dans mon coeur
Ne l’ai-je jamais trahie ma jeunesse
Qui me laisse à mon émoi
Et qui s’en va de moi
Comme elle est longue à mourir cette rose

Cette rose de la vie
La plus belle du jardin des folies
Une rose,
La dernière du jardin qu’on oublie

Comme ils sont lourds à porter dans l’automne…

MONSIEUR TOUT-BLANC – LEO FERRE


MONSIEUR TOUT-BLANC – LEO FERRE

Monsieur Tout-Blanc
Vous enseignez la charité
Bien ordonnée
Dans vos châteaux en Italie
Monsieur Tout-Blanc
La charité
C’est très gentil
Mais qu’est-ce que c’est ?
Expliquez-moi

Pendant c’ temps-là moi j’ vis à Aubervilliers
C’est un p’tit coin perdu au bout d’ la misère
Où l’on a pas tell’ment d’ questions à s’ poser
Pour briffer faut bosser mon p’tit père

Monsieur Tout-Blanc
L’oiseau blessé que chaque jour
Vous consommez
Était d’une race maudite
Monsieur Tout-Blanc
Entre nous dites
Rappelez-vous
Y’a pas longtemps
Vous vous taisiez

Pendant c’ temps-là
Moi j’ vis à Aubervilliers
Ca n’était pas l’époque à dir’ des rosaires
Y’avait des tas d’ questions qu’il fallait s’ poser
Pour durer faut lutter mon p’tit père

Monsieur Tout-Blanc
Si vous partez un beau matin
Les pieds devant
Pour vos châteaux en paradis
Monsieur Tout-Blanc
Le paradis
C’est p’têt’ joli
Priez pour moi
Moi j’ai pas l’ temps

Car je vivrai toujours à Aubervilliers
Avec deux bras noués autour d’ ma misère
On n’aura plus tell’ment d’ questions à s’ poser
Dans la vie faut s’aimer mon p’tit père

Monsieur Tout-Blanc
Si j’enseignais la charité
Bien ordonnée
Dans mes châteaux d’Aubervilliers
Monsieur Tout-Blanc
Ca n’est pas vous
Qu’ j’irai trouver
Pour m’indiquer
C’ qu’il faut donner

CHARLOT MYSTIQUE


twitter sharing button

CHARLOT MYSTIQUE

L’ascenseur descendait toujours à perdre
Halein
Et l’escalier montait toujours
Cette dame n’entend pas les discours
Elle est postiche
Moi qui déjà songeais à lui parler d’amour

Oh le commis
Si comique avec sa moustache et ses sourcils
Artificiels
Il a crié quand je les ai tirés
Étrange
Qu’ai-je vu Cette noble étrangère
Monsieur je ne suis pas une femme légère
Hou la laide
Par bonheur nous
Avons des valises en peau de porc
À toute épreuve
Celle-ci
Vingt dollars
Elle en contient mille
C’est toujours le même système
Pas de mesure
Ni de logique
Mauvais thème.

Extrait de:  Feu de joie (1920)

Louis Aragon

CHAOS


CHAOS

Le cri de mes côtes suffit pour dire le ressenti présent

mais la vie est gourmande en mal comme en bien

il lui faut un ensemble pour satisfaire son désir présent

Quoi que je fasse de courant, me lever, me coucher, tousser, moucher, jusqu’à respirer j’ai le flanc gauche qui s’arrache depuis les côtes endommagées

J’enrage et vais pourtant m’efforcer de faire la sourde-oreille à l’injustice

La vie t’es une sacrée salope

connais personne qui donne et reprends avec autant de naturel

C’est pourtant toi qui as inventé le scrupule …

Niala- Loisobleu – 25 Novembre 2020

T’HABITER NULLE PART ET PAR TOUT


T’HABITER NULLE PART ET PAR TOUT

Le lointain rapproché à ne plus sentir ses mains autrement qu’au plus près d’un bleu omniprésent découpant l’aréole aurorale pour la replanter dans le bois mort tombé d’un vol migratoire avant la marée.

Du peint arrêté au bord d’un collet tenant la horde à l’arrêt, des exhalaisons de pigment forcent la pourriture à fleurir

L’orangeraie et le bouquet n’avaient rien rapporté de souks en manque d’épices et les tapis riches de haute-laine croisée attendaient l’envol sur la piste à tracer

Le soleil mélangé à l’eau fait la route du rhum, ajoute de la menthe et le suc de ta canne claquera son faire quelque soit le temps, jusqu’a l’abat-de-vent consécutif au temporel

Une nouvelle-lune initiant le spectacle de l’éternité pour empêcher le gisant de prendre froid en tenant sa mémoire de mousse dans l’ orientation nord du Berger

Cette robe blanche qui borde ma longue marche revêtant l’absence de musique des fausses nudités.

Niala-Lloisobleu – 24 Novembre 2020

REPONSE DE LA LUMIERE BLEUE


REPONSE DE LA LUMIERE BLEUE

La venue mal éclairée dans la ronde forcenée du rond-point ne ralentit pas les effets destructeurs

le choc étend son impact

d’une double-résonnance à première vue déroutante

Ce n’est pas la différence qui quantifie le ressenti douloureux. Pas plus qu’il faille n’en retenir que l’aspect déflagrant

l’époque est toute entière dans l’épreuve de l’imminent juste qui sonne le glas d’errances dangereuses

Alors si un mécréant sent la portée mystique que cela déclare, penser mal serait refuser de regarder en face le véritable sens des choses. Plus que ce que les mots en dégagent c’est le fond tout entier qui devient évident

Et bien par le mal

Dans le repli où tu as laisser couler les larmes de ton brutal vécu récent, j’ai repassé le film en entier dans ton miroir. Pour ne voir au passage des chocs d’un mouvement de pousse d’une végétation en sommeil.

C’est la sève bleue qui coule, Ma.

Niala-Loisobleu – 24 Novembre 2020

LE SENS DU JUSTE ETAT


LE SENS DU JUSTE ETAT

Les faire-part, papiers dorés et bolducs à frisette que nous n’interposons pas entre le sentiment de deuil ou d’anniversaire gardent leur mission d’accompagnateurs

Devant nos trains de longs voyages hors du commun, les vaches paissent paisibles sans morsures de chiens

les pommiers, feuilles à terre, préparent la visite aux claies, intercalant les bolées en virgules

C’est un soleil juste qui fait sa révolution au jour dit sans que la volée de tuiles ne l’écorne

Notre eau est vive

pas croupie

la mauvaise intention qui se serait glissée peut se repier les gaules avec sa gueule de méprise

Il fait sourire de vivre

L’aîné égaré vient de rentrer au clan, il reste l’enfant , le frère et pas le prodigue

Les fifres et tambours de sarabande anniversaire peuvent traverser le pont. La dame y dense. Ce qui par accident disait pont-coupé peut enlever la pancarte Octroi.

Rien à payer ni case à remplir , c’est LIBRES que cheval, oiseau, menthe et Arbre à Soie sortent la tête haute

Cela doit s’entendre…

Niala-Loisobleu – 24 Novembre 2020