EN ATTENDANT


15ba913038ca847b6b48d777add71c3b

EN ATTENDANT

Un sourire non déguisé renvoyant le ciel au coeur de son oeil se gobe tous les nuages. L’image s’avale, se liche, sans mâcher. Un rond de jambe quitte la cuisse à cheval sur mes épaules comme une page à écrire un besoin d’aimer qui enverrait le générique du film de notre voyage au jardin pour grainer. D’un bond des talons le rideau s’ouvre. Mes bras se sont laissés aller à se nouer autour de ton apparition continue. Dans la veinule du nu des branches elle sève en corps Les dernières feuilles finissent d’écrire avant de rejoindre le sol. Quand tu remonteras sur la route cherche les bornes où j’ai laissé un morceau de mon nom. Il commence par un A majuscule entre la parenthèse de tes jambes. Bruit d’eau qui se répand, on éponge pas toujours ce qui vient de soi. Le geste qui sauve des jours creux où la neige se met à faire noir. Les chevaux que nous montons se refusent à faire la statue équestre d’un sujet royal, trop rebelles pour ça. Dans leurs fontes il y a du papier et un crayon, un pinceau et des tubes. Quelle Epoque nous écrivons là au fronton d’un édifice comme si lui manquait l’achoppement. L’après-midi s’écoule, j’ouvre au chant de ce coin sauvage qui garde au coeur des odeurs intimes. Dans la salle à manger j’ai laissé la chaise de Vincent sur le rayon qui descend du grenier par la volée d’escalier. Rayon bleu. Moelle épinière de notre tenue droite, ber du bord de mer où la coque attend le retour de l’écume. Tu ne dois pas en être loin, en collant mon oreille d’indien au rail de marée j’ai entendu ton souffle…

Niala-Loisobleu – 23 Octobre 2018

POUR HIVERNAGE


images (2)

POUR HIVERNAGE

 

Le ciel a se faire gratter monte sur les brins d’herbes gominés, brrrrrrrrr, l’échine se cabre à rentrer.

Sur sa branche l’oiseau ramène des brindilles et quelques feuilles pour se calfeutrer la case, le soleil n’a pas allumé le chauffage au petit matin.

De planches jointes la pelle cherche

.Le cheval a pourtant vu que les vaches avaient l’entrain en gare…

N-L 6 23/10/18

ESPACE ONIRIQUE


images

ESPACE ONIRIQUE

La voix prise entre couloir et pièce d’à côté surveille la porte en retenant son volume, pourtant elle ne pense qu’à l’envie de s’exprimer librement. Cet endroit est un placard qui empêche de rejoindre le coin de cabane que la campagne tient sans laisse.

Quelques pas  pour sortir  rejoindre les oiseaux qui chantent sans attendre une autorisation. La nuit semble avoir à se partager entre le permis et l’interdit.

Les matins où la voiture n’est pas impatiente de vous emmener aux taches quotidiennes, tempèrent la vitesse du vent et le froid des courses contre la montre. Chaque instant peut donner plus de concentration, l’endroit où l’on va sans besoin d’ouvrir les yeux sort des virages dangereux.

Il y a cette façon bien à soi de regarder le mur d’en face qui fait apparaître un long couloir ouvert.

Dehors la mer à deux pas se balance.

Des femmes en robe à traîne longent la voie ferrée, la Petite-Fille sort du sarcophage  ouvert sur le quai. Il fait une ligne vive d’eau qui coule  au creux de la main.

Illustration: Paul Delvaux

Niala-Loisobleu – 23 Octobre 2018

TRACES


 

 

ob_d96d99_7-sidonie-gabrielle-colette

TRACES

 

Je t’ai vu surgir au terme d’un Autan le dire plutôt que d’y rester seule puisque des Corbières tu me fis venir à Toi comme l’aube vient avec son soleil.

Sido

« Car j’aimais tant l’aube, déjà, que ma mère me l’accordait en récompense. J’obtenais qu’elle m’éveillât à trois heures et demis, et je m’en allais, un panier vide à chaque bras, vers des terres maraîchères qui se réfugiaient dans le pli étroit de la rivière, vers les fraise, les cassis et les groseilles barbues.
À trois heures et demie, tout dormait dans un bleu originel, humide et confus, et quand je descendais le chemin de sable, le brouillard retenu par son poids baignait d’abord mes jambes, puis mon petit torse bien fait, atteignait mes lèvres, mes oreilles et mes narines plus sensibles que tout le reste de mon corps… J’allais seule, ce pays mal pensant était sans dangers. C’est sur ce chemin, c’est à cette heure que je prenais conscience de mon prix, d’un état de grâce indicible et de ma connivence avec le premier souffle accouru, le premier oiseau, le soleil encore ovale, déformé par son éclosion…
Ma mère me laissait partir, après m’avoir nommée « Beauté, Joyau-tout-en-or » ; elle regardait courir et décroître sur la pente son oeuvre, – « chef-d’oeuvre », disait-elle. J’étais peut-être jolie ; ma mère et mes portraits de ce temps-là ne sont pas toujours d’accord… Je l’étais à cause de mon âge et du lever du jour, à cause des yeux bleus assombris par la verdure, des cheveux blonds qui ne seraient lissés qu’à mon retour, et de ma supériorité d’enfant éveillé sur les autres enfants endormis.
Je revenais à la cloche de la première messe. Mais pas avant d’avoir mangé mon soûl, pas avant d’avoir, dans les bois, décrit un grand circuit de chien qui chasse seul, et goûté l’eau de deux sources perdues, que je révérais. L’une se haussait hors de la terre par une convulsion cristalline, une sorte de sanglot, et traçait elle-même son lit sableux. Elle se décourageait aussitôt née et replongeait sous la terre. L’autre source, presque invisible, froissait l’herbe comme un serpent, s’étalait secrète au centre d’un pré où des narcisses, fleuris en ronde, attestaient seuls sa présence. La première avait goût de feuille de chêne, la seconde de fer et de tige de jacinthe… Rien qu’à parler d’elles je souhaite que leur saveur m’emplisse la bouche au moment de tout finir, et que j’emporte, avec moi, cette gorgée imaginaire…» Colette

Et vînt L’EPOQUE 2018, fertile comme pas une jachère imaginerait se fire engrosser.

T’y voilà

Saches ô combien ta main a l’empan de la fée de l’écriture et comme je la serre et t’aube en récompense.

 

Niala-Loisobleu – 22/10/18

ATELIER D’UN LUNDI


9acf181f00890e74c43535a74dd3b698

ATELIER D’UN LUNDI

Un doigt de vent, tu te souviens comme ta poitrine déboutonnait les endroits cachés, pourtant le chemin tu l’avais emprunté pour avoir le droit d’y croire, pourtant la clairière que tu ne cessais de croire n’y était pas.

L’herbe fait vivre le sentiment de se donner au bonheur avec un arôme qui voyage. Les lointains y sont proches, l’encens brûle en cordes de balançoire auxquelles on ne peut rester étranger.

Le mouvant de l’eau aide à tenir souple.

Ta peau avec les traces que tu en laisses mue à me greffer, c’est vrai Nous c’est une brûlure au degré élevé à l’origine.

Au bord du chevalet suspendue l’envie d’être n’est plus la même. Au tapis le coin où tu poses, tape des deux poings assis en tailleur. Ces fleurs qui t’habillent sentent la femme qui sort du soleil trempée de rayons. Et toujours une cabane éventrée longe le bord de mer…

Niala-Loisobleu – 22/10/18

CHOIX DELIBERE


img_2162

CHOIX DELIBERE

 

Au fond du jardin la lune glisse

dans le noir d’un sommeil qui remue sans dormir

les intestins causent tous seuls

 

Il va faire rien d’autre que se tenir au bastingage

hors de tout ce qui pourrait faire mauvaise impression

on est bien quand on se lâche

 

Trop lourde est la tête

ne sentir qu’à peaux jointes emporte au bon endroit

dans la cabane qui navigue…

 

Niala-Loisobleu – 22/10/18